Île de la Réunion, sauvage par nature

Plages de sables chaud, cirques luxuriants et accueil chaleureux…Cap sur ce joyau français de l’océan indien pour profiter de l’été austral, de novembre à mars.

1 – Trois cirques tel un trèfle autour du piton

Paradis des promeneurs, les terres intérieures se découvrent en chaussures de randonnée. partez le sac léger, les trois cirques massés autour du piton des Neiges abondent en produits du terroir.

  • Aucune des routes ne mène au cirque de Mafate ! Coupé du reste de l’île, il n’est accessible qu’à pied. Plusieurs sentiers permettent de s’y rendre mais attention, le niveau de difficulté diffère selon l’itinéraire choisi. Pour emprunter la voie la plus facile, partez du col des Bœufs pour rejoindre La Nouvelle. Vous en aurez pour 2 heures et demie. Fougères, cryptomerias et chocas verts ponctuent le parcours. Une fois arrivé à ce petit village, le paysage vous récompensera. Encerclée par des montagnes vertigineuses, La Nouvelle offre un air pur et un calme olympien.
  • Réputé pour ses lentilles et son vin, le cirque de Cilaos est aussi connu pour ses thermes, dont l’eau est riche en minéraux. La ville de Cilaos est le point de départ de nombreuses randonnées, comme l’ascension du piton des Neiges, à quatre heures de marche. Endormi depuis 12 000 ans, ce volcan est classé par l’Unesco, une reconnaissance qu’il partage avec le piton de la Fournaise, les cirques et les remparts (falaises et précipices).
  • Plusieurs villages sont situés dans le cirque de Salazie : Hell-Bourg, Grand-îlet, Mare à Vieille Place. Les remparts sont recouverts de plantes comestibles, les chouchous et les brèdes. Une fois la ville de Salazie passée, des cascades blanches – le Voile de la mariée -, dévalent la falaise sur une centaine de mètres.

2 – Un littoral aux eaux turquoise

Sur la côte ouest, une ceinture corallienne de trente kilomètres forme une protection naturelle contre les assauts de la mer et, surtout, contre les requins , qui ont beaucoup fait parler d’eux.

  • Sur la plage de l’Ermitage, à Saint-Gilles, les familles pique-niquent sous les filaos . Pour savourer un cocktail pieds dans l’eau, rendez-vous à La Saline-les-Bains, à Planch’Alizée.
  • Plus au sud, à l’entrée de Petite-Île, rejoignez la plage de Grande Anse  par une route sinueuse : un coin de paradis, où les Réunionnais aiment se retrouver pour nager dans la piscine de mer – en dehors, la baignade est dangereuse – et déguster d’appétissantes marmites.

3 – Un volcan à l’activité débordante

Univers minéral, le piton de la Fournaise et la plaine des Sables contrastent avec la luxuriance de l’île.

  • De nombreux cratères sont visibles autour de ce volcan effusif, notamment le Dolomieu. Un chemin balisé permet d’accéder à un point d’observation, côté nord. De là, la vue sur la lunaire plaine des Sables est inouïe.
  • La Fournaise est l’un des volcans les plus actifs du monde. Le chemin de la lave suit l’enclos Fouqué, une fosse en forme de fer à cheval de neuf kilomètres sur treize. Des débordements sont possibles, mais rares.
  • Au pied de la route qui conduit au piton de la Fournaise se trouve la cité du Volcan. Ce musée est équipé des dernières technologies avec, entre autres, un sol interactif et un simulateur de séisme. L’accent est mis sur la rapidité avec laquelle faune et flore reprennent leurs droits après une éruption.

4 – La canne à sucre, l’or blanc de l’île

C’est au XIXe siècle que La Réunion abandonne la culture du café au profit de la canne, encore largement exploitée.

  • Le musée de Villèle à Saint-Gilles-Les-Bains conte l’histoire de la famille Desbassayns, propriétaire esclavagiste et pionnière de la production sucrière. On y visite la demeure, les vestiges de l’usine, l’hôpital des esclaves et la « chapelle pointue ».
  • Le musée Stella Matutina, au cœur de l’ancienne usine de Saint-Leu, propose une immersion humaine et technique dans la culture de la canne.

5 – Une culture métissée

Temple hindou, pagode chinoise, mosquée et église se côtoient partout, reflétant le brassage culturel.

  • À la fois danses et musiques créoles,  maloya et séga se jouent avec des instruments comme le kayamb ou le rouleur. Pour écouter, rendez-vous au Kabarachois, une fête qui anime le front de mer de Saint-Denis le quatrième samedi du mois.
  • La gastronomie repose sur les épices (piment, safran, massalé). Outre les plats, elles assaisonnent le pâté créole, un gâteau fourré à la confiture .
  • Le tressage du vacoa est un artisanat typique. Les feuilles de cet arbre deviennent ainsi des bertels – sacs à dos créole – , des paniers ou des nattes.