Les plus beaux safaris d’Afrique

En swahili, voyage se dit « safari »…Voilà un appel qu’un amateur de faune sauvage ne peut qu’entendre.

La Namibie, l’aube du monde

Ici, la protection de la nature est inscrite dans la Constitution. Et quelle diversité : des dunes orangées du désert du Namib aux méandres du canyon de la Fish River en passant par le Bushmanland, une plaine boisée prisée des grands animaux.

  • Les parcs à visiter : la réserve d’Etosha, l’une des plus vastes du continent, offre une palette complète de la vie sauvage. les vedettes sont les éléphants, les girafes, les impalas, les guépards et quelques-uns des derniers rhinocéros noirs. Pour les observer, il est préférable de se lever dès l’aurore ou d’attendre la tombée du jour.
  • L’animal emblématique : l’oryx gazelle s’adapte au désert du Kalahari ou à celui du Namib. Sa température monte jusqu’à 45 °C en journée et redescend la nuit.
  • Notre conseil : la période estivale, de décembre à mars-avril, est une saison chaude et assez humide. À éviter, sauf pour les ornithologues.

Le Kenya, Hakuna matata

« Pas de souci », hakuna matata en swahili, tel semble être le mot d’ordre de ce pays pionnier dans l’observation de la faune, même si les petits couacs techniques s’invitent à coup sûr lors d’un périple hebdomadaire. Une cinquantaine de parcs et de réserves, terrestres ou marins, s’offrent aux visiteurs.

  • Les parcs à visiter : dominé par les 5895 mètres du Kilimandjaro, la parc national d’Amboseli a inspiré Joseph Kessel et Ernest Hemingway. les buffles avec leur cortège d’ibis, les gazelles et les autruches, les gnous à la barbe blonde parsèment une steppe qui devient bientôt marais pour la plus grande joie des éléphants. La réserve de Masaï Mara séduit par sa grande concentration en fauves, et par les rencontres avec les tribus Maasaïs de passeurs et de guerriers semi-nomades.
  • L’animal emblématique :  protégé et abondant à Amboseli, l’éléphant ingurgite jusquà 200 kg d’herbe grasse et 150 litres d’eau par jour. C’est en troupeau de dizaines d’individus qu’il se déplace en une longue procession.
  • Notre conseil : les animaux sont facilement visibles autour des points d’eau lors des saisons sèches , de janvier à mars et de juillet à octobre.

La Tanzanie, du cratère aux lacs salés

Les plus grands ensembles parmi les 14 parcs nationaux se trouvent au nord du pays, à la frontière avec le Kenya.

  • Les parcs à visiter : le cratère du Ngorongoro, large de 20 kilomètres, et le Serengeti sont les plus renommés pour les innombrables gnous, girafes, buffles, gazelles et lions. La vallée du Rift et ses lacs salés – Manyara ou Natron – concentrent flamands roses et pélicans blancs.
  • L’animal emblématique : les gnous du Serengeti migrent par millions au printemps pour revenir à l’automne.
  • Notre conseil : les prix des parcs, très coûteux, sont fixés à la journée. Arrivez le matin plutôt que le soir.

L’Afrique du Sud, diversité et immensité

La nation arc-en-ciel compte 19 parcs nationaux et de très nombreuses réserves privées. On y est quasi assuré de voir le « Big Five », les 5 grands mammifères africains naguère prisés des chasseurs : le lion, le buffle, le rhinocéros, l’éléphant et enfin le léopard, le plus difficile à débusquer.

  • Les parcs a visiter : impossible d’omettre le gigantesque parc Kruger, tout au nord.C’est un monde à part qui couvre 20 000 km², aux portes du Zimbabawe et du Mozambique.
  • L’animal emblématique : le rhinocéros blanc est presque aussi gris que le noir, mais avec des oreilles pointues. La réserve de Hluhluwe-Umfolozi a permis de le sauver.
  • Notre conseil :  les réserves privées, certes coûteuses, allient la convivialité à une immersion dans la nature quasi optimale.

Le Bostwana,entre désert et delta intérieur

Sur une superficie comparable à celle de la France, le Bostwana compte près de 25% des parcs et réserves naturelles. Ignorant le tourisme de masse, c’est l’un des pays d’Afrique qui préserve le mieux son environnement.

  • Les parcs à visiter : le parc national de Chobe tire son nom de la rivière qui délimite sa frontière nord avec la Namibie. Des bateaux à moteurs permettent d’approcher oiseaux et mammifères et d’assister à la baignade des éléphants ou au bâillement des hippopotames. La réserve de Moremi, composée de savanes, forêts et plaines inondées, offre la plus grande concentration animale du delta de l’Okavango. Des pirogues appelées mokoro circulent entre les papyrus. Le voyageur est bercé par les chants d’oiseaux et le clapotis de l’eau.
  • L’animal emblématique : la zone de Savuti, au sud du parc de Chobe, est connue pour la migration des zèbres. Vers novembre, au début de la saison des pluies, la savane reverdit, les zèbres débarquent alors en troupeaux comprenant jusqu’à 25 000 individus.
  • Notre conseil : survoler le delta de l’Okavango en hélicoptère pour découvrir le large éventail de chenaux et de lagunes.